English

Accueil > ISTerre > A la une > Agenda scientifique > Archives > Journées Aléa Gravitaire, 17-18 Septembre 2013 à Grenoble > Liste des publications > Diagnostic de stabilité d’une écaille rocheuse dans les gorges de la Bourne



Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

Diagnostic de stabilité d’une écaille rocheuse dans les gorges de la Bourne

6 juin 2013 ( dernière mise à jour : 29 août 2013 )

O. Brenguier, H. Cadet et A. Mathys,

ADRGT

La stabilité d’une écaille rocheuse dépend fortement de la distribution des fractures ou fissures qui délimitent le bloc instable ainsi qu’à l’état d’endommagement du contact de l’écaille avec le massif stable (ouverture et remplissage des fractures). Pour connaitre l’état interne d’un massif rocheux on peut utiliser conjointement des méthodes intrusives comme un forage, et des méthodes non destructives comme les prospections géophysiques. Deparis et al (2007) ont montré que le georadar est la méthode géophysique la plus adaptée au milieu rocheux relativement compact. Ils mettent en évidence les fractures, leur étendue en profondeur et éventuellement leur ouverture. Début 2013, quelques signes d’activité ont été perçus dans les gorges de la Bourne (Isére, France). Dans ce secteur, deux accidents mortels ont eu lieux en 2004 (rupture brutale d’un panneau rocheux de 2000 m^3) et 2007. Cette ré-activation se manifestait au voisinage d’une fracture présentant une ouverture de 2 à 3 cm semblant découper une écaille. Cette écaille se situe au niveau de la cicatrice de départ de l’éboulement mortel de 2004. En vue de réaliser un diagnostic précis relatif à la stabilité de cette écaille, une prospection radar couplée à des observations de terrain ont été réalisées au niveau de la falaise qui domine directement la route départementale. Suite à cette étude des ancrages et clous passifs ont été préconisés puis réalisés. Les résultats de cette étude ont été comparés au plan de récolement des forages ainsi qu’aux mesures endoscopiques réalisées par le CG38. Les valeurs d’épaisseur de l’écaille sont similaires avec des écarts des différentes mesures réalisées variant de 0 à 10 cm au maximum. Les écarts de mesure sont inférieurs à 10%. Cette étude confirme l’efficacité de la prospection georadar pour déterminer les limites d’une écaille rocheuse dans un massif calcaire. Cette prospection a permis l’optimisation de la solution d’ancrage choisie. La caractérisation des limites des objets instables dans les milieux rocheux relativement compacts est donc facilement réalisable par les prospections georadar.

Référence :

- J Deparis, S Garambois, D Hantz (2007), On the potential of Ground Penetrating Radar to help rock fall hazard assessment : A case study of a limestone slab, Gorges de la Bourne (French Alps), Engineering Geology 94 (1-2), 89-102


Document(s) :





Dans la même rubrique :



Sous la tutelle de :

JPEG JPEGJPEG JPEGJPEG



Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | @2019 OSUG