English

Accueil > Recherche > Équipes > Mécanique des failles > Thèses > Thèses en cours > Sismogénèse lors des déformations transitoires - Thomas REVERSO



Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement

Sismogénèse lors des déformations transitoires - Thomas REVERSO

30 octobre 2012 ( dernière mise à jour : 3 décembre 2012 )


Sujet de thèse : « Sismogénèse lors des déformations transitoires : les cas des glissements lents et des intrusions fluides »

Encadrants  : David Marsan et Agnès Helmstetter

Contact


 

Résumé :

Dans cette thèse, je m’intéresse à l’analyse des séquences de sismicité liées à des déformations lentes, ayant pour origine soit une intrusion fluide (cas des amas de sismicité, notablement en régime d’extension), soit un glissement lent (dont les précurseurs sismiques, en particulier en zone de subduction, mais aussi le post­glissement suite à un séisme majeur),

Dans un premier temps, je me focaliserais sur l’activité sismique intermittente (produite très probablement par des intrusions fulides) du rift de Corinthe, où un réseau sismologique dense et complété par des extensométres est en place. L’objectif de cette zone sera d’estimer l’évolution spatio-temporelle du forçage sur les failles activées à partir de la dynamique sismique. La comparaison avec des anomalies dans le signal extensométrique sera entreprise. Ce travail se fera en collaboration avec l’IPG Paris, qui coordonne l’observation sur cette zone.

De plus, nous savons que l’occurrence de séismes peu de temps avant un séisme majeur, et à proximité de l’hypocentre de ce dernier, n’est pas systématique, mais se rencontre dans de nombreux cas. Deux explications sont généralement confrontées : (1) ils témoignent d’un épisode de déformation lente, lié à la nucléation du séisme principal à venir ; (2) l’occurrence du choc principal ne peut être prévue car la séquence s’explique bien par les interactions élastiques « classiques » entre séismes. Il est donc important d’évaluer ces deux modèles. Ceci peut être réalisé en estimant le chargement lent au niveau de l’hypocentre du séisme principal, à partir de la donnée micro­sismique. Les méthodes employées pour cela sont similaires à celles utilisées pour les amas de sismicité lié à des intrusions fluides.







Sous la tutelle de :

JPEG JPEGJPEG JPEGJPEG



Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | @2018 OSUG